Version française

Our Activities

- On October 29, 2018, a denunciation to OLAF - European anti-fraud office was submitted. The denunciation contains additional information on the illegal activities of members of the European Parliament, namely the attention of the Director-General of OLAF is focused on the payment of additional fees for fictitious activities.
If OLAF is actually an independent body, its Director-General should initiate an investigation of such obvious illegal activity occurring in the EU authority.

- On October 24, a request was sent to the European Parliament on the basis of the public access to information legislation. Information on payment of additional remuneration to about 20 deputies is requested. These deputies did not actually participate in the meetings of the committees of the European Parliament, but their names appear in the official documents as having received remuneration.
The Parliament confirmed receipt of the request and promised to provide a response within 15 days. If the Parliament provides the requested information, it will be one of the basic evidence for fraud charges in relation to these deputies.
The Parliament's response will be immediately published on the website www.justiceforall.eu.

It should be noted that after we had raised the issue of the European deputies' fraudulent activities, the European Parliament removed from its website the information on the additional remuneration in the amount of 306 EUR, which is paid for one day of participation in the meetings of the committee or delegation. Previously, this information was located at: http://www.europarl.europa.eu/meps/fr/about-meps.html
Now this page contains information regarding salaries and other payments that are received by the European deputies, with the exception of additional remuneration, which has become the object of fraud.
It is seen that the European Parliament is trying to obstruct justice, including by such a primitive method as hiding information from the public.

- “Justice for all in Europe” ASBL supporters distribute leaflets on the streets of Brussels to passers-by, telling about the illegal activities of the deputies of the European Parliament.
We suggest printing this leaflet from our website and distributing it among your friends.
The distribution of leaflets is a necessary measure in conditions when organized corruption controls the European press and does not allow to publish exposing information.

OUR NEAR-TERM PLANS:

- Applications to the national offices of prosecutors

The issue of corruption in the European Parliament raised on this website is the first time a direct witness of fraud has submitted an application to the authorities competent to conduct an investigation. Previously, there were press publications describing such fraud, but no evidence was provided. As a result, press publications had no legal or political consequences.

Soon, the applications for fraud will be submitted to the office of the Prosecutor of France, Spain, Italy and Denmark. The witness was present at the meeting, during which the fraud was committed by the European deputies representing 4 countries listed. The crime is a part of the jurisdiction of the country to which the criminals relate as the citizens. The national authorities are obliged to conduct an investigation.
An example of a similar investigation is when the French authorities investigated another type of fraud committed by the European deputies representing France. Then the European deputies used the funds of the European Parliament to pay for expenses not related to activities in the Parliament.

- A lawsuit to the Court of Justice of the European Union against the European Parliament

The lawsuit will be filed in the Court of Justice of the European Union against the European Parliament, which illegal activities caused damage to residents of the European Union.

- A lawsuit to the Court of Justice of the European Union against the European Commission

The lawsuit will be filed in the Court of Justice of the European Union against the European Commission, which falsified documents intended for the European Parliament and committed other illegal actions to hide Schengen visas traffic.
In addition, the illegal activities of the European Commission and its President should be made public.

- Lawsuits against the media

The lawsuits will be filed in the courts against "RTBF" (Belgium), "Der Spiegel" (Germany), and some others. These media use political censorship in their activities, they violated the principle of freedom of expression. This caused damage to the interests of the readership of these media.

- A lawsuit against Chamber

The Belgian Chamber has made a decision blocking the investigation of fraud in the European Parliament. The legal basis for the decision contradicts the opinion of the Court of Justice of the European Union. The decision will be appealed.

- Active campaigning against re-election of the current European deputies

Approximately 600 European deputies may be involved in fraudulent activities with additional remuneration. Those few European deputies who did not participate in this crime share the responsibility for it, because they did not raise the alarm regarding the obvious violations that they could not ignore.
In any case, the European deputies can become, or have already become, the object of blackmail by lobbyists.
“Justice for all in Europe” ASBL will campaign actively against the re-election of the European deputies during the elections in May 2019.

- Legal measures against criminals who put pressure on witness

In Brussels, the criminals carried out a campaign of persecution against the witness of fraud committed by the European deputies. The criminals use methods of psychological and physical influence. The Belgian authorities have taken no action either to investigate the crime or even to stop the persecution campaign. Numerous pieces of evidence allow to identify the crime suspects.
Prompt measures to initiate an investigation of this crime and to protect the witness should be taken as soon as possible.

- Legal measures against the EU authorities bribing lawyers

In Brussels, we faced the phenomenon when lawyers, one after another, either refused to represent us or provided us with inaccurate information on the case during the preliminary consultations on the case against the European Parliament and the European Commission. In some cases, we see clearly that "our" lawyers have taken the side of our opponent and are trying to deceive us.

We paid the first fee in the amount of 1210 euros to «Lallemand & Legros» legal firm (19, Avenue Emile De Mot, 1000 Brussels) for the preliminary assessment of the situation related to fraud in the European Parliament. Surprisingly, in Legal Opinion this firm stated that we cannot raise the issue of fraud in the European Parliament. The firm did not provide a legal basis for this opinion. In addition, the firm has proposed measures that would destroy our position in the case against the European Parliament. «Lallemand & Legros» responded to our letter requesting clarification of this strange opinion with a letter informing us of the termination of contact with us.

After that, we applied to «Legital» legal firm (1, Av. de la Renaissance, 1000 Brussels) with the same task. This time, we paid the first fee in the amount of 1000 euros for the preliminary assessment of the situation related to fraud in the European Parliament. This firm has provided us with Legal Opinion containing a lot of abstract information. As for the assessment of the activities of the European deputies, similar to fraudulent, this company has not provided its assessment, despite our multiple requirements.

Contact with the legal firms «Deprevernet» (7, place Flagey, 1050 Brussels) and «Louis European Law» (50/15, Avenue des Arts, 1000 Brussels) in the case of the concealment of Schengen visas traffic by the European Commission has allowed us to establish the cause of the strange behavior of lawyers. It turned out that the EU authorities offer lawyers, to whom we apply, more profitable contracts. The budget of the European Union is almost unlimited, any amount, tens and hundreds of thousands euros, can be offered to lawyers by the authorities. The lawyers refused to represent us in connection with the "conflict of interest".
The legal ethics does not allow the lawyer to take the side of the EU authority, if the lawyer has already started to discuss the case with us. The problem of violation of legal ethics is an important problem, but the crime committed by the EU authorities - namely, lawyers bribery is more important.
Investigating this crime, lawyers bribery, is one of our priorities.

To avoid lawyers bribery, it is necessary to make public the illegal activities of the EU authorities. After that, the necessary legal measures will be taken by us to achieve the above goals.

Our activities require significant financial costs. If you want to support us, we invite you to donate to our account:
BE 970018 4806 8349

Thank you for your support!
“Justice for all in Europe” ASBL
Rue de la Victoire, 158
1060 Brussels
Email: justiceasbl@gmail.com
GSM : +32 494 663 710 (10h - 12h)

English version

Notre activité

- Le 29 octobre 2018, une dénonciation a été déposée à l’Office de lutte anti-fraude (OLAF).
La dénonciation contient les informations additionnelles sur l’activité illicite des députés du Parlement Européen. Cette fois, l’attention du Directeur Général de l’OLAF est portée sur les payements des rémunérations additionnelles aux eurodéputés pour l’activité fictive. Si l’OLAF est en réalité un organe indépendant, le Directeur Général doit en conséquent initier l’enquête concernant l’activité clairement illicite qui a lieu dans un des organes principaux d’autorité européen.

- Le 24 octobre 2018, une requête se basant sur la législation concernant l’accès public à l’information a été adressée au Parlement Européen.
Les informations à propos du payement additionnel payé à environ 20 eurodéputés sont réclamées. En réalité, ces députés n’ont pas participé aux réunions des commissions du Parlement Européen, néanmoins ils figurent comme présent à ces réunions dans les données officielles du Parlement et ils sont donc rémunérés. Le Parlement a confirmé la réception de la demande d’information et s’est engagé à répondre dans un délai de 15 jours.
Si le Parlement confirme ces informations, cette confirmation sera une des preuves de base dans l’accusation des eurodéputés d’avoir commis une fraude.
La réponse du Parlement sera immédiatement publiée sur le site www.justiceforall.eu.

Il faut noter un fait important: après que nous avons soulevé la question sur l’activité frauduleuse des députés, le Parlement Européen a supprimé de son site les informations sur la rémunération additionnelle d’un montant de 306 euros payé à un député pour une participation à un jour de travail de la commission ou délégation.
Auparavant cette information était bien présente sur l’adresse :
http://www.europarl.europa.eu/meps/fr/about-meps.html
Actuellement sur cette page web, on peut trouver les informations concernant le salaire et tout autre profit que les eurodéputés reçoivent, mais il n’y a plus aucune trace d’informations concrètes sur la rémunération additionnelle qui est devenu l’objet de l’activité illégal.
Cet exemple nous permet de voir que le Parlement essaye de couvrir ce crime et d’empêcher que la justice soit faite, en utilisant une méthode assez primitive qui est la dissimulation des informations au public.

- les adhérents de “Justice for all in Europe” ASBL distribuent aux passants dans les rues de Bruxelles des tracts concernant l’activité illicite des députés du Parlement Européen.
Nous vous invitons à imprimer à partir de notre site ce tract et à le distribuer parmi vos contacts. La distribution de ces tracts est une mesure indispensable du fait que la corruption organisée contrôle la presse et empêche de rendre publique les informations qui dévoilent les activités illégales des députés.

NOS FUTURS PLANS

- Dénonciations auprès des bureaux nationaux des procureurs

La question de la corruption au sein du Parlement Européen, soulevée sur ce site, est le premier cas d’un témoin direct de l’escroquerie déposant ces dénonciations aux organes compétents pour enquêter sur le crime.
Auparavant, des publications décrivant de pareilles escroqueries ont été publiées dans la presse, certes, mais aucunes preuves significatives n’ont été fournies. De ce fait, les fraudeurs n’ont eu aucunes conséquences juridiques ou politiques.

Dans un futur proche, nos dénonciations concernant l’escroquerie commise par les députés du parlement Européen seront déposées auprès des bureaux du procureur de France, d’Espagne, d’Italie et du Danemark.
Le témoin était présent à la réunion au cours de laquelle l’escroquerie a été commise par les députés représentant les 4 pays cités ci-dessus. Le crime commis par un citoyen d’un pays fait partie de la juridiction de ce même pays. Les autorités nationales sont obligées donc d’initier l’enquête sur cette escroquerie. Dans le cadre de cette enquête, il est possible de relever l’activité illicite de centaines d’autres eurodéputés.
A titre d’exemple d’une pareille enquête, un autre cas dans le passé de l’escroquerie peut servir. Les autorités de la France avaient enquêté sur l’activité des eurodéputés représentant ce pays au Parlement. Dans ce cas-là, les eurodéputés avaient utilisé les fonds du Parlement Européen pour payer des frais qui n’avaient aucun lien avec l’activité de cet organe.

- La plainte auprès du Tribunal de la Justice de l’Union Européenne contre le Parlement Européen

La plainte contre le Parlement Européen sera déposée au Tribunal de la Justice de l’Union Européenne en raison des dommages causés par le Parlement aux résidents de l’UE.

- la plainte auprès Tribunal de la Justice de l’Union Européenne contre la Commission Européenne

La plainte contre la Commission Européenne sera déposée au Tribunal de la Justice de l’Union Européenne concernant la falsification des documents dédiés pour le Parlement Européen et les autres actions illicites effectuées par la Commission dans le but de dissimuler le trafic de visas Schengen. Dans le cadre de ce processus, l’activité illicite de la Commission et de son Président sera rendue publique.

- les plaintes auprès des tribunaux contre les médias

Les plaintes seront déposées contre les éditions «RTBF» (Belgique), «Der Spiegel» (Allemagne) et encore d’autres médias.
Ceux-ci pratiquent la censure dans leurs activités, ce qui est une violation à la liberté d’expression. Par cela, ils ont causé du dommage aux intérêts de leurs lecteurs en bafouant leur droit à cette liberté.

- le recours contre la décision de la Chambre

La Chambre de Conseil à Bruxelles a pris la décision de bloquer l’investigation de l’escroquerie au sein du Parlement Européen. La justification de cette décision est en contradiction avec l’opinion du Tribunal de la Justice de l’Union Européenne. La décision de la Chambre sera donc en toute logique contestée.

- l’agitation active contre la réélection des eurodéputés actuels

Environ 600 eurodéputés peuvent être impliqués à l’escroquerie concernant la rémunération additionnelle. Les députés qui n’ont pas été directement impliqué dans ce crime le sont quand même indirectement car ils n’ont pas réagi face à cette situation dont ils étaient témoins. En tout cas, les eurodéputés ont soit subi, soit pourraient subir le chantage de la part des lobbyistes.
“Justice for all in Europe” ASBL effectuera une campagne d’agitation intensive contre la réélection de ces eurodéputés au cours de la campagne électorale en mai de 2019.

- les mesures juridiques contre les criminels qui font pression sur le témoin de l’escroquerie

A Bruxelles, des criminels ont organisé une campagne d’harcèlement sur le témoin de l’escroquerie commise au sein du Parlement Européen. Les criminels utilisent des méthodes de pression psychologique et physique. Les autorités belges ne prennent aucunes mesures ni pour enquêter sur ce harcèlement, ni pour le stopper, en dépit du fait que plusieurs preuves permettraient d’identifier aisément les criminels.
Des mesures urgentes pour investiguer sur ce harcèlement et pour défendre le témoin doivent être prises.

- les mesures juridiques contre des organes du pouvoir de l’Union Européenne qui font la subornation des avocats

A Bruxelles, notre côté s’est heurté à un phénomène révoltant. En effet, au cours des consultations préliminaires avec des avocats concernant les affaires contre le Parlement et la Commission Européenne, ceux-ci, les uns après les autres, ont soit refuser de présenter notre côté, soit nous ont fourni des informations mensongères.
Dans certains cas, nous avons clairement vu que nos avocats ont soutenu le côté de notre adversaire et ont essayé nous tromper.

A titre d’exemple, notre côté a installé le contact avec la société d’avocats «Lallemand & Legros» (19, Avenue Emile De Mot, 1000 Bruxelles). Nous avons procédé au payement d’une somme de 1210 euros. Cette société a été dans l’obligation de nous fournir l’évaluation préliminaire de la situation liée à l’escroquerie au sein du Parlement Européen et de proposer les mesures à entreprendre contre le Parlement.
A notre grande surprise, dans son «Legal Opinion», l’avocat de cette société a déclaré que nous ne pouvons pas soulever la question de l’escroquerie au sein du Parlement Européen. L’avocat n’a présenté aucune justification d’une telle opinion. De plus, l’avocat a proposé entre autre une mesure qui clairement détruira notre position dans l’affaire contre le Parlement Européen.
Dans notre lettre où nous réclamons à cette société de préciser les raisons pour lesquelles la question de l’escroquerie ne peut pas être soulevée, la société «Lallemand & Legros» nous a informé qu’elle cessait tout contact avec notre côté.

Après cet incident, nous nous sommes adressés à la société juridique «Legital» (1, Av. de la Renaissance, 1000 Bruxelles) concernant la même affaire. Cette fois nous avons procédé au payement d’un montant de 1000 euros pour l’opinion juridique concernant l’escroquerie au sein du Parlement Européen et les mesures possibles à entreprendre contre le Parlement.
L’avocat de cette société nous a présenté son «Legal Opinion» contenant une multitude d’informations juridiques abstraite. En ce qui concerne l’évaluation du comportement fautif des eurodéputés, l’avocat ne nous a pas présenté son évaluation, malgré nos demandes répétées plusieurs fois.

Nos contacts avec les sociétés juridiques «Deprevernet» (7, place Flagey, 1050 Bruxelles) et «Louis European Law» (50/15, Avenue des Arts, 1000 Bruxelles) dans le cadre de l’affaire concernant la dissimulation du trafic de visas Schengen par la Commission Européenne, nous ont permis d’identifier la raison du comportement étrange des avocats. Il s’est avéré que les autorités européennes proposent aux avocats - dans ce cas ceux à qui nous nous sommes adressés - des contrats qui sont évidemment plus intéressant. Le budget de l’Union Européenne étant presque illimité, des honoraires de tous montants incroyables - de dizaines et même centaines de milliers d’euros - peuvent être proposés aux avocats par les autorités européennes. Les avocats ont donc refusé de présenter notre côté du à un «conflit d’intérêts».
Si l’avocat a déjà commencé à discuter de l’affaire avec nous, l’éthique de celui-ci ne lui permet pas de prendre le côté de l’organe du pouvoir. Le problème de violation de l’éthique de l’avocat est un problème important. Néanmoins le problème de la subornation des avocats effectuée par les autorités européennes est un crime beaucoup plus important. L’investigation officielle du crime lié à la subornation des avocats est un de nos buts prioritaires.

Pour minimiser le risque de la subornation des avocats, il est nécessaire avant tous de rendre publique l’activité illicite de autorités européennes. Après cela, les mesures juridiques appropriées seront entreprises par notre côté afin d’atteindre les but rédigés ci-dessus.

Notre activité a besoin d’un renforcement financier significatif. Si vous désirez nous soutenir, vous pouvez faire un/des don(s) sur le compte bancaire de notre ASBL “Justice for all in Europe” :
BE 970018 4806 8349

Nous vous remercions pour votre soutien !
“Justice for all in Europe” ASBL
Rue de la Victoire, 158
1060 Brussels
Email: justiceasbl@gmail.com
GSM : +32 494 663 710 (10h - 12h)